Coûts de la rénovation d’une salle de bain

La rénovation d’une salle de bain peut être, si elle n’est pas correctement conçue, très coûteuse. Le secret consiste à planifier les interventions, puis à évaluer soigneusement vos besoins. Il est utile, voire fondamental, de connaître le coût de chaque intervention, en essayant de limiter l’impact des plus coûteuses. D’où la question légitime : quelle est la dépense la plus importante lors de la rénovation d’une salle de bains ?

Rénovation des salles de bains : ce que vous devez savoir

La première chose à savoir est aussi la plus redoutable : la rénovation des salles de bains peut être très coûteuse. A moins d’opter pour une intervention minimale, il est facile de dépenser des chiffres de l’ordre de milliers d’euros.

Un deuxième aspect qui n’est pas tout à fait clair pour le client et qui est souvent (indûment et dangereusement) négligé est le suivant : la délivrance de permis peut également avoir un impact négatif sur les dépenses. Déjà, dans certains cas, la rénovation de la salle de bains nécessite la possession d’une qualification.

En outre, il est nécessaire de développer une certaine conscience des opportunités du client, en tant que consommateur. Par exemple, la possibilité d’économiser des sommes considérables en faisant simplement quelques tours de passe-passe. Nous en parlerons en détail dans les prochains paragraphes, mais pour l’instant, il est bon de donner un conseil général : avant de prendre contact avec les entreprises de construction et bien avant de commencer les travaux, examinez vos besoins, évaluez ce qui est vraiment nécessaire et ce qui ne l’est pas. Si possible, faites-le avec l’aide d’un architecte expérimenté ou d’un géomètre spécialisé.

Rénovation de la salle de bains : l’hypothèse optimiste

On dit vite “rénovation de la salle de bains”. En réalité, les scénarios sont nombreux, et chacun impose un effort différent d’un point de vue économique.

Pour avoir une idée de ce qui attend ceux qui décident d’intervenir sur leur salle de bain, et pour donner aux futurs clients un point de référence solide, nous allons décrire trois scénarios fréquents.
Le premier est le scénario le plus optimiste, qui impose un effort économique minimum. Heureusement, c’est aussi le scénario le plus courant. Ce scénario est le remplacement des finitions, c’est-à-dire des revêtements et des articles sanitaires. Cela implique la démolition du sol et l’installation d’un nouveau. Elle implique également l’achat d’un lavabo, de toilettes.
Bien qu’elle soit perçue par le client moyen comme une intervention majeure, elle ne représente pas un engagement très lourd d’un point de vue économique.

Rénovation de la salle de bains : l’hypothèse moyenne

L’hypothèse moyenne voit l’implication, en plus des finitions susmentionnées, d’un élément interne : le système d’eau de la salle de bains. Le scénario est déjà plus coûteux d’un point de vue économique car, quel que soit le contenu de la modification à apporter, des travaux sur la maçonnerie sont toujours nécessaires.

Même dans ce cas, cependant, vous pouvez choisir. Il existe deux alternatives : soit restaurer le système d’eau, en intervenant simplement sur les parties qui ne fonctionnent pas ou qui sont endommagées ; soit tout recommencer, en modifiant également la conception. Cette deuxième alternative est parfois obligatoire, surtout si vous ressentez le besoin de créer un nouveau point d’eau, ou de changer la disposition des sanitaires. Entre autres, la modification du système d’eau sans respecter le design original est une intervention coûteuse également d’un point de vue administratif.

Le délai est assez long, et est au mieux de quatre à six semaines. Sans compter, bien sûr, le coût (nous parlons de mille euros, y compris les honoraires du technicien).

Rénovation de la salle de bains : l’hypothèse pessimiste

Plus loin, il y a l’hypothèse la plus pessimiste, celle qui prévoit la plus grande dépense d’un point de vue économique. C’est une hypothèse à laquelle on ne peut souvent pas échapper. Il s’agit de situations où la salle de bain est si miteuse, usée et “vieille” qu’elle nécessite un changement radical. En d’autres termes, un changement qui a un impact sur la gestion des espaces.

C’est le cas de l’extension de la salle de bain. Dans ce cas, il s’agit non seulement d’une modification du revêtement, non seulement d’une modification du système d’eau, mais aussi d’une modification de la maçonnerie interne. C’est-à-dire la démolition d’une cloison interne et la construction d’une autre.
Les dépenses sont très importantes car le nombre d’interventions individuelles augmente. En outre, il est toujours nécessaire d’avoir une qualification.

Rénovation de la salle de bains : un aperçu des coûts

Il est bon d’offrir un aperçu des coûts, intervention par intervention.

Rénovation de la salle de bains : la plus grosse dépense

Comme vous pouvez facilement l’imaginer, la plus grosse dépense est l’extension de la salle de bains. Il s’agit en fait d’une intervention qui, en soi, en inclut d’autres, notamment l’installation de nouveaux revêtements et la modification radicale du système.
Mais si nous prenons les interventions individuellement et que nous calculons le coût à la main, il s’avère que ce qui coûte plus cher est, paradoxalement, le remplacement des revêtements.

Rénovation de la salle de bains : comment économiser

Les prix, comme nous l’avons vu, peuvent être élevés. La rénovation de la salle de bain a un coût considérable. Il est toutefois possible de faire des économies sans négliger la question de la qualité, c’est-à-dire le degré de fonctionnalité et l’attrait esthétique du résultat final.

Il existe d’ailleurs une méthode assez simple à mettre en pratique.
Contactez plusieurs entreprises, demandez à chacune un devis, comparez les hypothèses de coûts et identifiez la meilleure solution en termes de rapport qualité/prix.
C’est la méthode la plus simple et la plus efficace pour économiser, en moyenne, 10 à 40 % sur les travaux de rénovation d’une salle de bain.